Source : Le Républicain Lorrain

L’attribution d’une bourse de 600 € au «graffeur» messin Mathias Cahen, dans le cadre du dispositif Envie d’agir, a permis à Anne Stémart (opposition) de dire tout le mal qu’elle pensait de ce type d’expression. «Les tags sont un fléau, une incivilité, une forme de pollution urbaine », a-t-elle considéré. Ce qui a poussé Thomas Scudéri, adjoint chargé de la Jeunesse, à lui donner une petite «leçon» : «Vous confondez le graff et le tag. Mieux vaut reconnaître une pratique artistique et l’encourager sous certaines conditions plutôt que d’entrer dans une logique de guerre, comme dans certaines villes », a-t-il plaidé.

Publié le 04/05/2009

Write a comment

  • Required fields are marked with *.

If you have trouble reading the code, click on the code itself to generate a new random code.